Ses préoccupations sur l’avenir de l’Europe a souligné le Premier ministre Alexis Tsipras lors de son discours au Parlement européen.

Il a décrit comme significatif et symbolique le fait qu’il ait eu l’occasion de s’exprimer quelques jours après la fin de l’aventure des mémorandums et la sortie claire des programmes de soutien de la Grèce après huit ans.

La Grèce a réussi, a souligné le Premier ministre grec, et d’un problème qui était, est devenue une partie de la solution pour l’Europe.

Se référant aux inégalités socio-économiques entre et au sein des États membres, le Premier ministre a averti que l’échec de l’UE à fournir des solutions aurait un effet inévitable sur la renaissance du nationalisme. L’échec de la gestion de la crise néolibérale a alimenté le monstre du chauvinisme et du populisme d’extrême droite, a-t-il ajouté.

Vers 14h, le président Antonio Tajani et Alexis Tsipras donneront une conférence de presse.

Le Premier ministre aura ensuite des réunions individuelles avec le Commissaire européen aux Affaires économiques et financières Pierre Moscovici, le chef du groupe socialiste, la chef du parti de gauche et des membres de l’Eurogroupe.