Le lundi après-midi, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras a eu une conversation téléphonique avec son homologue de l’ARYM, Zoran Zaev, qui a duré une heure et a eu lieu dans un climat positif affirment les deux parties.

Selon un communiqué du bureau de presse de Zaev, les deux Premiers ministres ont discuté les questions restantes concernant une solution finale et des diverses idées ont été examinées. Tsipras et Zaev ont accepté de poursuivre leur conversation aujourd’hui.

En Grèce, des sources diplomatiques réitèrent que le seul accord qui peut exister est un accord sur toutes les questions tandis que les conditions préalables pour résoudre le problème macédonien, sont un nom composé erga omnes et une révision constitutionnelle.

Dans une interview, le ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias, a souligné que la partie grecque veut un accord qui pourrait survivre dans le temps. M. Kotzias a précisé que, en ce qui concerne la langue, il sera déterminé que cette langue n’a rien à voir avec la grecque ancienne, elle ne revendique aucun héritage et c’est une langue qui appartient à la famille slave.