« Le côté a’ de disque parle de la déesse enceinte qui brille et le côté b’ a une phrase en deux versets qui fait référence à la divinité qui s’éteint. Avec votre aide, je voudrais un jour dans l’avenir, traduire ces versets qui parlent de la déesse de l’amour, afin de savoir plus », a déclaré le linguiste Dr. Gareth Owens, un expert de l’écriture minoenne, en concluant son discours intitulé La voix du disque de Phaistos à la Fondation nationale de recherche d’Athènes.

« Il y a 61 mots aux deux côtés et 18 versets comme un sonnet avec rime. Six mots parlent de la lumière et six mots se référant au soleil couchant. Trois mots parlent de la déesse enceinte et 10 mots de la divinité avec divers adjectifs », a souligné Dr. Owens, dans son discours qui a présenté en grec courant, a un audience bondée qui est allé écouter son interprétation du disque, basée sur des années de recherche scientifique.

« Maintenant, nous pouvons parler de ce qui peut signifier plus de la moitié des mots sur le disque et le fait que pour 10% des 61 mots nous avons des évidences linguistiques qu’ils doivent signifier quelque chose, mais sans connaître leur signification exacte.

Peut-être la voix d’une Sappho minoenne ou d’une Hypatie parle d’Astarté, la déesse de l’amour de la Crète minoenne. Le disque a 18 vers qui riment  avec une allitération poétique. Est-ce qu’ils sont des paroles comme dans les sonnets de Shakespeare? Ou peut-être quelque chose comme des ‘mantinades’ de Crète ? » Ce sont les questions que Owens a posé pendant son discours, en apportant à son public les secrets du disque de Phaistos, qui a encore beaucoup à révéler.