La publication du dernier NAVTEX de la part de la Turquie concernant l’exploration dans la mer Égée, préoccupe le gouvernement grec, car c’est une décision qui mine l’ambiance en attendant une date pour le 62e cycle de pourparlers exploratoires.

Ankara a annoncé qu’à partir d’aujourd’hui, 18 février et jusqu’au 2 mars, elle lancera le navire océanographique “CESME” afin de mener des recherches dans les zones situées entre Lemnos, Skyros et Alonissos. Même si la nouvelle directive ne concerne pas les levés sismiques mais les hydrographiques, néanmoins il s’agit d’une zone au centre de la mer Égée, dans les eaux internationales, le voisin contestant la compétence pertinente de la Grèce pour la délivrance de NAVTEX.

Notre pays respecte pleinement la règle fondamentale du Traité de l’OTAN et de la Charte des Nations Unies, pour le règlement pacifique de tout différend au regard du droit international, ainsi que pour éviter les actions de provocation contraires aux principes de l’alliance, a-t-il souligné le ministre de la Défense nationale Nikos Panagio-topopoulos, lors de la première journée de la réunion des ministres de la défense de l’OTAN, qui a eu lieu hier.

N. Panagiotopoulos a également souligné l’importance de la coopération de l’UE et de l’OTAN pour le renforcement du lien transatlantique, l’élan donné à cette coopération par le nouveau gouvernement américain, ainsi que la nécessité d’une compréhension mutuelle des menaces auxquelles sont confrontés les États membres.

Démarche de la Grèce concernant le nouveau Navtex turc

Le ministère des Affaires étrangères a procédé à une démarche de protestation concernant le nouveau Navtex turc sur les enquêtes du navire océanographique turc Cesme, comme l’a déclaré le représentant du ministère, Alexandros Papaioannou, lors du briefing régulier d’aujourd’hui des journalistes.

Plus précisément, comme l’a souligné M. Papaioannou, une étape a déjà été franchie par l’ambassade de Grèce à Ankara, qui sera suivie par un communiqué.

Il a également souligné que « Navtex lui-même est irrégulier, car la station de Smyrne n’a pas le pouvoir d’émettre Navtex pour cette zone », alors qu’il a qualifié ce mouvement du côté turc de « inutile ».