Des consultations intenses avec les créanciers sont en cours depuis les dernières 24 heures, et il y a aussi de fortes possibilités que dans les prochains jours les représentants des institutions pourraient revenir à Athènes. Euclid Tsakalotos a vivement critiqué le FMI au Comité central de SYRIZA, en disant que cette institution n’est pas intéressé par la taille de l’excédent de 2019.

«Le FMI utilise cet élément pour pousser la Grèce dans les réformes concernant l’ impôt libre et la retraite», a déclaré le ministre des Finances. Ce dernier, a noté que s’il y a une bonne volonté de tous les côtés, il y aura un accord très rapidement.

Pour sa part, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dans une interview à la radio publique allemande Deutschlandfunk (DLF) a déclaré que «les Grecs, malgré toute la morosité à propos de la situation, ont fait entre autres, de nombreuses réformes structurelles, plus que les dogmatiques Européens du Nord».