Le débat au parlement pour faire face à la pandémie a été houleux, le Premier ministre et le président de SYRIZA échangeant des accusations, tandis que les positions des autres dirigeants étaient d’un ton acerbe.

Kyriakos Mitsotakis a appelé les citoyens à observer les mesures de prévention contre le Covid-19.

« Nous avons pris des mesures pour protéger les vies humaines et renforcer l’économie », a-t-il déclaré.

«Le pays a 11 millions de responsabilités individuelles. Un seul n’a pas de responsabilité individuelle, M. Mitsotakis », a déclaré le président de SYRIZA, Alexis Tsipras, qui a critiqué le gouvernement pour sa négligence, son manque de mesures dans les transports et son incapacité à soutenir le Service national de santé (ESY).

« Il faut admettre que vous avez fait une erreur, que vous avez raté la gestion et ne nous pointez pas du doigt », a déclaré Alexis Tsipras. Surtout concernant la Thessalonique, qui est sous pression ces dernières jours, le Premier ministre a reconnu que les mesures drastiques auraient dû être prises plus tôt, la responsabilité incombe à tous, a-t-il souligné.

Les dirigeants des partis d’opposition minoritaires ont également critiqué le gouvernement.

« Nous avons besoin d’un plan maintenant pour l’organisation efficace du Service national de santé et la protection des citoyens » a souligné Fofi Gennimata.

Dimitris Koutsoumbas et Yanis Varoufakis ont exigé que le secteur privé soit réquisitionné et qu’il y a de dépistage de masse gratuit. Kyriakos Velopoulos a exprimé ses craintes concernant une troisième vague de pandémie en février.