Les négociations entre le gouvernement et les créanciers continuent à distance avec des nouveaux points de repère afin de parvenir à un accord sur le plan technique, jusque à l’Eurogroupe informel du 7 avril à Malte.

Ces derniers jours il y a eu un progrès, mais pas suffisant pour aboutir à un communiqué des deux parties sur les sujets ou il y avait de rapprochement.

Selon des informations, le progrès est sur le sujet des impôts – où les deux parties ont convenu de réduire la somme non-taxée ( à 5900 euros) à partir de 2019 – et sur l’assurance et le calendrier pour la réduction des pensions.

En même temps, les contre-mesures concernant la croissance, qui seront mises en œuvre en 2019 en parallèle avec les premières nouvelles mesures d’austérité (réduction de la somme non-taxé) en cas de dépassement de l’objectif de l’excédent primaire en 2018.

Au lieu de cela, il y a encore des différences importantes concernant le travail et en particulier la demande grecque de remise des négociations collectives. La Commission européenne a soutenu le gouvernement grec, mais le FMI l’a rejeté.