Athènes considère comme une étape positive, la décision de la Turquie de geler l’exploration d’hydrocarbures dans l’est de la mer Égée.

Le porte-parole présidentiel Ibrahim Kalin a déclaré qu’Ankara était prête pour un dialogue constructif. Cependant, les forces grecques restent alertes et vigilantes. La délimitation des zones maritimes est notre seule différence, a réitéré le porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas.

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias a réaffirmé la position claire d’Athènes selon laquelle toute tentative de chantage de la Turquie tomberait dans l’oreille d’un sourd, notant que la Grèce ne négocie pas sous pression.