Selon le ministère grec des Affaires étrangères, dans une déclaration conjointe, la Grèce, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, l’Espagne et la Suède ont présenté leurs positions convergentes sur la situation réelle due à la pandémie de coronavirus.

« Dans cette situation sans précédent, il est légitime que les États membres adoptent des mesures extraordinaires pour protéger leurs citoyens et surmonter la crise. Nous sommes toutefois profondément concernés par le risque de violations des principes de l’État de droit, de la démocratie et des droits fondamentaux résultant de l’adoption de certaines mesures d’urgence », déclarent les pays dans leur communiqué.

« Les mesures d’urgence devraient être limitées à ce qui est strictement nécessaire, ils devraient être de nature proportionnée et temporaire, soumises à un examen régulier et respecter les principes susmentionnés et les obligations du droit international. Ils ne devraient pas restreindre la liberté d’expression ou la liberté de la presse. Nous soutenons donc, l’initiative de la Commission européenne de surveiller les mesures d’urgence et leur application pour garantir le respect des valeurs fondamentales de l’Union et invitons le Conseil Affaires générales à aborder la question le cas échéant ».