Kyriakos Mitsotakis a adressé un message clair à Ankara, à quelques heures du sommet, qui a lieu aujourd’hui et demain à Bruxelles.

Athènes demande à son pays voisin de prouver en pratique qu’il souhaite une désescalade des tensions et un dialogue, sinon des sanctions devraient être imposées et insiste sur le fait que le seul objet du dialogue est la délimitation des zones maritimes de la mer Égée et de la Méditerranée orientale, comme souligné par le Premier ministre.

Les Européens utiliseront tous les moyens pour promouvoir les intérêts de la communauté, a déclaré une source européenne à Bruxelles, notant que l’UE est en pleine solidarité avec la Grèce et Chypre, tout en rappelant que la Turquie “doit cesser de forer” dans la zone économique exclusive de Chypre.

Le sommet, qui débutera à midi, portera également sur les relations de l’UE avec la Chine, la situation en Biélorussie et la crise du Nagorno-Karabakh, ainsi que le retour à un marché unique pleinement opérationnel dès que possible, le lendemain de la pandémie.

En marge du sommet, Kyriakos Mitsotakis rencontrera les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne.