Le navire de recherche turc Barbaros et deux navires d’appui se trouvent dans les limites des sections 4 et 5 de la ZEE chypriote.

La région, que la Turquie a illégalement engagé avec Navtex afin de commencer des études sismographiques illégalles, se trouve dans les limites imaginaires de la zone économique exclusive de Chypre, de la Grèce et de l’Egypte.

Athènes et Nicosie ont vivement réagi et dans une déclaration, le ministère grec des Affaires étrangères, souligne que “ce nouveau défi turc montre que la Turquie poursuit ses actions qui créent des tensions dans la mer Égée et en Méditerranée orientale” et que de “mener de telles enquêtes sur le plateau continental grec nécessitent une autorisation par les autorités grecques compétentes “.

En même temps, le Chypre dénonce la nullité et l’illégalité de Navtex turc. Barbaros est en contact visuel avec la frégate grecque “Nikiforos Fokas”, située sur un plateau continental grec, tandis que dans la ZEE chypriote, navigue une frégate chypriote. Pour sa part, la Turquie, avec une nouvelle annonce, a fait valoir que la région était concernée par un plateau continental turc.