Avec son treizième film intitulé Ethnophobia, le réalisateur Yiannis Ziogkas compte déjà des prix et des récompenses, en traitant un sujet sensible.

Le film qui a commencé son “voyage” au Festival de Drama où il a remporté le Prix du meilleur film d’animation, est une coproduction d’ERT (Programme Microfilm), le Centre albanais de la cinématographie et Magicon Productions (fondée en 1993). Le scénario est de Petros Koskinas et la production de Manolis Sakkadakis et Irida Ziogka. Ethnophobia compte déjà 130 participations internationales et 24 prix dans des festivals.

Juin dernier, il a été présenté dans la section de compétition officielle du festival d’animation le plus célèbre, à Annecy, France.

Le film sera diffusé dès le 7 décembre avant le film d’animation du long métrage “Ma vie de courgette” aux cinémas suivants : IDEAL, NIRVANA, KIFISIA, NANA, AELLO ainsi que dans tous les CINEMAS VILLAGE d’Athènes, Volos et Thessalonique.

Yannis Ziogkas a commencé son parcours à l’Académie des Beaux-Arts de Tirana et a continué en Grèce avec de succès, de créer des films d’animation « fait à la main » (dont le Rare Egg, 1989). Son film Ethnophobia parle exclusivement de racisme avec des personnages en argile et pâte à modeler.

Quelques mots sur le thème du film

La survie, les conflits et la cohabitation vont ensemble. Ils sont accompagné par des explosions de joie et de douleur en raison de la nécessité interne de l’homme à chercher et à exagérer les différences, lorsque que les similitudes sont beaucoup plus nombreuses.

Le film de 15 minutes utilise une approche intelligente des différentes “tribus” et des conflits, comme le conflit de caractères des différentes couleurs et des mélanges et il parle, d’une manière ludique, des vérités que nous connaissons, mais seul l’art de l’animation peut montrer avec tant d’emphase. Pour le réalisateur, « c’est un film qui vous donne la possibilité d’avoir un regard sur les profondeurs noires de l’âme ».

Avec un parcours de 36 ans dans l’animation, Yannis Ziogkas, qui travaille en tant que réalisateur à ERT, revendique désormais sa propre place dans l’animation grecque. Il prépare actuellement une série télévisée d’animation pour enfants, sur les mythes d’Esope avec des personnages en pâte à modeler et c’est une production interne d’ERT.