Le gouvernement grec demandera l’activation des sanctions contre la Turquie avant décembre, lors du sommet de l’UE qui débutera cet après-midi à Bruxelles.

Athènes met fin à la perspective de la reprise des pourparlers exploratoires après les nouvelles provocations de la Turquie, devrait dire le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis à nos partenaires européens, mais aussi lors de la réunion préparatoire du parti populaire européen, qui précédera.

« Le Conseil européen évaluera notre position sur la situation avec la Turquie », a déclaré une source européenne aux journalistes, soulignant “la solidarité de l’UE envers la Grèce et Chypre”.

Se référant aux décisions prises lors du dernier sommet, la source européenne a souligné « qu’un calendrier a été fixé pour décembre et une méthodologie a été convenue, afin de faire face à la situation ».

Après le précédent sommet, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et le président du Conseil Charles Michel avaient noté que l’UE avait à sa disposition une «boîte à outils» qu’elle utiliserait si le gouvernement d’Erdogan poursuivait ses actions unilatérales.

En outre, les question du Covid-19, du Brexit et du changement climatique figurent à l’ordre du jour du sommet.