Le débat sur la ratification de l’accord de Prespes se termine aujourd’hui par les discours des dirigeants politiques et devrait être voté vendredi tôt le matin.

Le gouvernement parle d’un accord bénéfique sur le plan national qui renforce la sécurité et la stabilité dans les Balkans, tandis que l’opposition affirme qu’il s’agit d’un accord préjudiciable à l’échelle nationale qui nuit aux intérêts nationaux. La Nouvelle Démocratie a précisé qu’elle n’apporterait pas de motion de censure contre le gouvernement.

Auparavant, le ministre suppléant des Affaires étrangères, Yorgos Katrougalos, a soumis le texte officiel de la constitution de l’ARYM à la demande de la ND et de KINAL.