Dans une allocution télévisée adressée aux citoyens de son pays, le président de l’ARYM, Gjorge Ivanov, a déclaré que le texte de l’accord avec la Grèce était dégradant. M. Ivanov a déclaré que cet accord ne peut pas être accepté, car il appelle à une modification constitutionnelle qui viole ainsi l’ordre constitutionnel et le statut juridique du pays.

Après le discours d’Ivanov, le gouvernement de l’ARYM a proclamé que « c’est les citoyens et non le président qui décident de l’avenir du pays » et a appelé Ivanov à se retirer de la scène politique. « Le gouvernement regrette que le président Gjorge Ivanov n’ait pas réussi à surmonter sa faiblesse et à voir la perspective qui s’ouvre devant le pays avec l’accord conclu aujourd’hui et qui a été convenu avec le gouvernement grec ».