Le projet de loi portant la création de la Banque grecque de développement a été voté au Parlement à une large majorité, car tous les partis ont soutenu l’initiative en cours de développement, à l’exception du KKE et de l’Aube dorée.

Le vice-Premier ministre Yannis Dragasakis a souligné que ce gouvernement n’a pas simplement retiré le pays des mémorandums, mais a créé et continue de créer des opportunités significatives pour les quatre prochaines années et la prochaine décennie.

Dans ce contexte, M. Dragasakis a noté que la création de la Banque grecque de développement marque le fait que le pays dispose d’une stratégie de développement actualisée et spécialisée, tandis qu’une série d’instruments de financement, complémentaires aux banques, permet une couverture des écarts financiers potentiels dans le présent, mais aussi dans l’avenir.