Nikos Koundouros, l’un des plus grands réalisateurs grecs contemporains, est décédé hier à Athènes à l’âge de 91 ans après avoir été hospitalisé pour des problèmes respiratoires. Intransigeant, Koudouros était un artiste engagé et explosif; il laisse une marque indélébile pour le cinéma grec. Ses films font partie du panthéon des archives du film européen.

Nikos Koundouros d’origine crétoise est né à Athènes. Il a étudié la peinture et a sculpture à l’École des Beaux-Arts d’Athènes et il a été gradué en 1948.Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il a rejoint les rangs de l’EAM-ELAS, et après la guerre il s’est exilé à Makronissos, en raison de ses convictions politiques de gauche.

À 28 ans, il a décidé de travailler pour le cinéma et a commencé sa carrière en tant que réalisateur avec un premier film « Magic City » (1954). Deux ans plus tard, il rencontre le succès avec son film « Dragon », qui se classe dans le top 10 du cinéma grec.Ensuite suivra «Les illégales» (1958), les «Petites Aphrodites» (1963), «Vortex» (1967), «1922» (1978), «Bordel» (1984), «Byron- Ballade pour un démon» (1991 ) et d’autres.