L’écrivain primé Vassilis Alexakis est décédé à l’âge de 77 ans. Grec pour les Français, Français pour les Grecs, Vassilis Alexakis a constamment construit des ponts entre deux villes, Athènes et Paris, entre deux cultures. Il écrivait dans les deux langues, en partant d’un côté, de l’autre, il avait une curiosité innée à découvrir, il détestait le sérieux, il était toujours amoureux des valeurs et des joies de la vie, mais surtout des mots.

Vassilis Alexakis est né à Athènes en décembre 1943. Il a étudié à l’École supérieure de journalisme de Lille. Installé en France depuis 1969, il a collaboré pendant de nombreuses années avec le journal Le Monde et a écrit ses premiers livres en français. Là, il a travaillé comme journaliste, critique de livres et chronographe. C’est ainsi qu’il se familiarise avec la langue française dans laquelle il écrit ses premiers romans.

Le premier livre qui a écrit dans sa langue maternelle, c’était “Talgo”, qui est sortie en 1982, et a connu un grand succès et a vendu plus de 200 000 exemplaires. “La Langue Maternelle” (1995, publié par Exantas) et “Le cœur de Marguerite” (1999, publié par Exantas) sont aussi écrits en grec.

Auteur bien connu en Europe, il a remporté de nombreux prix: Prix d’État de la fiction pour “Les mots étrangers” (2004), prix Medicis pour ” La Langue Maternelle” (1995). En 2007, l’Académie française lui a décerné le Grand Prix de fiction, tandis qu’en 2017, il a reçu un doctorat honoris causa du Département de langue et littérature françaises de l’Université nationale et kapodistrienne d’Athènes.