L’Égypte et la Grèce ont signé un accord sur la délimitation des zones maritimes, jeudi, à Cairo.

“Cet accord permet aux deux pays de maximiser l’utilisation des ressources disponibles dans la zone économique exclusive”, a déclaré le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry après la signature de l’accord.

Son homologue grec, Nikos Dendias, a souligné que « l’accord d’aujourd’hui confirme et garantit le droit et l’influence de nos îles sur le plateau continental et une zone économique exclusive », ajoutant que les relations gréco-égyptiennes entrent dans une nouvelle phase de rapprochement.

M. Dendias a souligné que l’accord a été conclu dans le cadre du droit international et contribue à la stabilité et à la sécurité dans la région, en résolvant un problème de longue date.

Le ministre grec a souligné que l’accord entre la Grèce et l’Égypte est tout le contraire du mémorandum d’accord illégal, invalide et inexistant entre Ankara et Tripoli et a déclaré que la Grèce continuerait à avancer avec la même détermination, visant à démarcations avec les autres pays limitrophes, mais toujours dans le contexte du droit international et du droit international de la mer.

Selon des sources diplomatiques, la démarcation actuelle est partielle, c’est-à-dire qu’elle s’inscrit dans une démarcation ultérieure totale entre les deux pays, ce qui sécurise cependant l’influence de nos îles dans les zones maritimes.