Alors que le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos, a décrit l’accord avec les créanciers comme un compromis, les réactions des partis d’opposition étaient orageuses et ils ont parlé du quatrième mémorandum avec des frais inabordables et ils accusent le gouvernement qui a tout donné aux créanciers.

Le président de la Nouvelle Démocratie, Kyriakos Mitsotakis a accusé sur twitter le gouvernement d’usurper le peuple grec en lui imposant de nouvelles mesures non durables, tandis que d’autres partis d’opposition ont dénoncé les annonces politiques du gouvernement.

En parallèle, les syndicats GSEE et ADEDY, ont annoncé une grève générale le mercredi 17 mai contre les mesures promues par le gouvernement afin de clôturer la deuxième évaluation du plan grec.