La diplomatie grecque a été activée peu après la signature d’un mémorandum d’accord entre la Turquie et la Libye sur les zones maritimes, selon des sources diplomatiques. Le ministre grec des Affaires étrangères a notamment invité l’ambassadeur de Turquie à Athènes, au ministère des Affaires étrangères, à fournir des explications. Nikos Dendias s’est entretenu avec ses homologues chypriotes et égyptiens, Nikos Christodoulides et Samekh Hassan Shukri, respectivement.

En même temps, la représentation permanente de la Grèce auprès de l’UE a été chargé de consulter immédiatement la Commission européenne et en particulier la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini.

Le ministre des Affaires étrangères Nikos Denias a qualifié de “totalement inacceptable et au-delà de toute raison” toute discussion sur la création d’une zone économique exclusive entre la Turquie et la Libye, dans ses commentaires à propos de l’accord pertinent annoncé par Ankara sur la délimitation des frontières maritimes.

“Un tel effort démontre un manque total de connaissance géographique et frise le ridicule, car il ignore apparemment la vaste zone géographique de la Crète entre les deux pays”, a déclaré Dendias.

Concernant la lettre de la Turquie aux Nations unies, le ministre grec des Affaires étrangères a qualifié les revendications turques de “complètement inacceptables” et a déclaré que “la Grèce répondra de manière détaillée aux Nations unies et à tous les États membres”.