La Grèce et la Turquie ont convenu de tenir prochainement la 61e série de contacts exploratoires à Constantinople, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La reprise des contacts exploratoires de la Grèce avec la Turquie a été annoncée par le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias, précisant qu’il s’agit de discussions et non de négociations.

S’exprimant lors d’une conférence en ligne organisée par l’Institut Konstantinos Karamanlis pour la démocratie et le Martens Center for European Studies, intitulée “Les périls du révisionnisme: menaces pour la sécurité en Méditerranée orientale”, M. Dendias a expliqué que tenir des pourparlers signifie que nous essayons de trouver des règles sur la base sur laquelle nous négocierons. “Pourquoi est-ce si difficile? Parce que la Turquie n’accepte pas le droit international comme règle commune”, a ajouté le ministre.

Dans le même temps, le Ministre des affaires étrangères a décrit les récentes actions provocatrices et illégales de la Turquie ces derniers temps. En particulier, il a évoqué une forte escalade de la provocation et du comportement illégal turcs en mer Égée et en Méditerranée orientale, ainsi que du révisionnisme de la part de Turquie.

Faisant référence à la position de l’UE, M. Dendias a souligné qu’elle devait rester du côté de ses États membres, non seulement en raison de son adhésion, mais parce que l’État de droit et en particulier le droit international étaient en jeu. Il a également souligné que l’UE doit préciser que si la Turquie continue ce comportement, elle doit être sanctionnée, notamment en ce qui concerne son économie.