Dans une déclaration officielle, à l’occasion du centième anniversaire du génocide grec pontique, le ministère grec des Affaires étrangères a déclaré qu’il “est de notre devoir historique – et en particulier de la Turquie – de reconnaître des événements tels que le génocide grec pontique, afin de ne pas répéter le pire moments du passé et panser les blessures profondes qu’ils ont laissées “.

Le ministère grec des Affaires étrangères a également souligné que “la reconnaissance de la vérité historique, l’autocritique et l’abandon du révisionnisme, sont un signe de force et non de faiblesse. Ils constituent une condition préalable à un dialogue de bonne foi et à la lutte contre les extrêmes du nationalisme ainsi que la réconciliation des peuples et des États et la coexistence pacifique “.