En 430 avant JC, l’ancienne Myrtis de 11 ans – victime de la grande peste d’Athènes, tout comme Périclès, ne pouvait pas imaginer qu’après 2 500 ans, elle prendrait part à l’effort mondial contre la pandémie de COVID-19, selon à la déclaration officielle du Centre régional d’information des Nations Unies.

Myrtis joue dans une animation vidéo nous demandant d’écouter les experts et de respecter strictement les règles sanitaires.

Dans cette courte vidéo, Myrtis, dont le visage a été restauré en 2010 par l’équipe du professeur Manolis Papagrigorakis, nous rappelle que la vie et nos proches sont les cadeaux les plus précieux, qu’ensemble nous pouvons vaincre la pandémie et créer un monde meilleur pour tous, sans aucune exception.

La petite fille qui jouait au pied de l’Acropole et regardait le Parthénon, a commencé son deuxième voyage dans le monde en 2010 lorsqu’elle a été présentée au Musée de l’Acropole. La même année, sa collaboration avec les Nations Unies a commencé, où elle a été surnommée «l’amie des objectifs du Millénaire pour le développement» par l’ONU, avec d’autres personnalités internationales telles que le Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, la présidente irlandaise Mary Robinson et la militante Bianca Jagger.

À ce titre, elle envoie un message aux dirigeants du monde leur demandant de sauver la vie de millions d’enfants qui meurent de maladies comme celle qui l’a tuée, et qu’elles sont des maladies qui peuvent être prévenues et guéries à notre époque.