L’approche douce de l’Allemagne envers la Turquie a échoué, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias dans une interview accordée à l’édition de dimanche du journal allemand Welt sous le titre “Nous devons protéger l’UE”.

Le ministre des Affaires étrangères a évoqué la menace de guerre en Méditerranée, les défis du gouvernement Erdogan, et a clairement soulevé la question de l’embargo sur les armes contre la Turquie, soulignant que “la Grèce est menacée par les armes allemandes aux mains de la Turquie”.

M. Dendias a également souligné que les États-Unis sont un partenaire important et un facteur de stabilité dans la région, et il est préoccupé par leur retrait. «En fait, nous avons besoin de plus de présence américaine. Et plus de présence européenne », a-t-il déclaré. « La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Layer, a pris ses fonctions, affirmant que sa commission sera une commission géopolitique ».

« Mais si l’Europe veut être un acteur géopolitique, elle doit aussi réagir », note-t-il et ajoute qu’en réalité, la Turquie viole les eaux territoriales de Chypre et l’UE fait rien. « La présence de navires de guerre européens montrerait clairement que nous sommes là ».

« L’UE est une entreprise extraordinaire de l’humanité, qui peut prendre des siècles à évoluer. Nous devons la protéger. Et pas que avec les règles de Bruxelles », note le ministre grec des Affaires étrangères.