Le sommet de l’UE reprend aujourd’hui en mettant l’accent sur les questions de politique étrangère. Les dirigeants des 27 États membres discuteront de la question des violations turques à la suite des derniers développements, bien qu’elle ne soit pas à l’ordre du jour du sommet.

«La Turquie reste cohérente dans son comportement provocateur et agressif. Dans ce contexte, l’UE doit faire preuve de la même cohérence dans la mise en œuvre des décisions qu’elle a déjà prises, afin que le comportement de la Turquie ait les conséquences appropriées », a souligné hier le Premier ministre grec en arrivant au sommet.

La France est fermement du côté de la Grèce, Emmanuel Macron déclarant que la question de la Turquie revient sur la table « au vu des derniers développements ». Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a qualifié le comportement d’Ankara d’«inacceptable». Les dirigeants européens sont appelés à décider de leurs prochaines étapes.

L’ultimatum adressé au gouvernement de Recep Tayyip Erdogan expire en décembre, date à laquelle des réponses pratiques doivent être apportées.

Sur le Brexit, les 27 États membres ont exprimé leur inquiétude jeudi, car les progrès réalisés ne sont pas suffisants pour parvenir à un accord.

Concernant le changement climatique, la proposition de réduire les émissions de gaz à effet de serre à 55% d’ici 2030 est sur la table, mais il semble que l’UE ait encore un long chemin à parcourir.