Une nouvelle exposition au Musée de Monnaie, récemment rénové à Paris, présente les œuvres de 39 artistes femmes artistes des XXe et XXIe siècles de tous les continents pour explorer la rencontre de deux notions : un genre – le féminin – et un espace – le domestique. L’architecture et l’espace public ont été masculins, tandis que l’espace domestique a été longtemps la prison, ou le refuge des femmes.

À travers les huit sections de l’exposition intitulée Women House, les différents aspects de l’occupation de l’espace domestique par les femmes se présentent en lui mettant au centre d’une histoire dont elle était absente. L’enjeu de trouver un espace de travail chez soi a été théorisé en 1929 par Virginia Woolf, qui encourageait les femmes à trouver une chambre qu’elles puissent “fermer à clé sans être dérangé” dans son essai “Une chambre à soi”. C’est la date de “départ” de Women House, dont l’ambition se poursuit de manière thématique jusqu’à des œuvres récentes, produites par une jeune génération d’artistes femmes, en passant par les années 70, moment où les artistes femmes se rebellent contre la privation d’espace réel – d’exposition, de travail – et symbolique – de reconnaissance.

L’intérieur de la maison est parfois présenté comme un abri chaud et d’autres comme une prison impénétrable. L’espace symbolique de la contrainte devient celui de l’identité, le familier devient politique, l’espace privé devient public et le corps se transforme en architecture de forme. Certains artistes le transforment en lieu de création et défient la notion de logement, transformant la maison en un outil artistique, social ou politique.

L’exposition Women House qui se déroule jusqu’au 28 janvier 2018, est organisée en collaboration avec le National Museum of Women in the Arts à Washington où elle sera transportée le 8 mars 2018.